L'organza et la mousseline sont des tissus fins. L'organza a la particularité d'être transparent et assez raide.
La mousseline est fluide, douce très légèrement transparente.

Organza de soie :
C'est celui qui se travaille le plus facilement. Agréable au toucher, il obéit à la forme qu'on lui donne. Si on le plie, il reste plié. On peut assez facilement le roulotter à la main pour l'ourler.
Ne pas laver, il perdrait tout son apprêt et rétrécirait.

Organza synthétique :
Il est plus rêche. A la coupe il glisse beaucoup. Lors du travail, il ne garde pas la forme qu'on veut lui donner, il faut épingler, faufiler. Il est très difficile de le roulotter à la main pour l'ourler : je n'y suis jamais arrivée de façon vraiment satisfaisante.
Il se lave.

Mousseline :
Elle peut être en soie, en coton, en laine, en synthétique.
En matière naturelle, elle se travaille bien à la coupe comme lors de la préparation. En synthétique, elle est plus diffiicle à travailler parce qu'elle glisse et garde difficilement la forme qu'on veut lui donner.

Organza, mousseline et machine à coudre :
Pour réaliser les coutures d'assemblage, on peut piquer à la machine à coudre. Il faut impérativement travailler avec une aiguille fine N°60. Il n'est pas nécessaire de changer les réglages de tension et de longueur de point du moins avec ma BERNINA, mais c'était déjà le cas avec la Thimonnier.
Il reste le problème du surfil, notamment dans l'organza, puisque transparent, on voit le surfil et surtout la largeur des surplus de couture.

Pour l'organza, l'idéal est de travailler avec une surjeteuse.
Pour les coutures d'assemblage, on utilise le point de surjet 4fils. Pour m'assurer de la solidité de la couture, je repasse la couture d'assemblage à la machine à coudre.
Pour les ourlets, on utilise le programme d'ourlet roulé 3 fils.
Pour faire un ourlet moins visible, il faut surjeter l'organza au point de surjet 3fils large (aiguille de gauche enfilée, aiguille de droite retirée). On remplie, on fait l'ourlet à la main (résultat pratiquement invisible), ou on le pique à la machine.

Si on n'a pas de surjeteuse, ce qui étati mon cas quabd j'ai réalisé la robe de mariée pour qu'on voit moins les surplus de couture, j'ai recoupé un des surplus à 7mm, puis j'ai remplié l'autre surplus par dessus  et j'ai piqué à la machine à 1mm de la couture.

Pour la mousseline
Là encore la surjeteuse est un plus. On utilise les mêmes points que pour l'organza.
Attention toutefois avec la mousseline de coton et l'ourlet roulé trois fils. Le coton résiste mal au travail serré de la surjeteuse sur ce programme. Je viens de réaliser un costume de scène dans l'urgence  et je n'en suis pas satisfaite. Je n'ai pas eu le temps de refaire des essais. La prochaine fois les essais porteront sur la tension des fils dans l'ourlet roulé 3fils, sinon j'opterai pour le point de surjet 3 fils moins chargé au niveau des fils.